La différence entre le stress et les stresseurs

Une erreur commune est de confondre le stress et les stresseurs. Sous le terme « stress » on a tous tendance à regrouper à la fois les causes du stress, les réactions de stress et les conséquences du stress. Or si vous ne faites pas la différence entre le stress et les stresseurs, vous ne saurez jamais ce qui est à la source de votre stress et comment y remédier. C’est pourquoi, dans cet article, je vous propose de comprendre ce qu’est le stress, comment les conséquences du stress peuvent devenir à leur tour des stresseurs, qui ou que sont les stresseurs.

Première différence entre le stress et les stresseurs : le stress est une réaction d’adaptation

Le stress n’est ni une cause ni une conséquence. C’est une réaction face aux actions du stresseur. Le stress n’est donc pas un processus pathologique mais une adaptation de notre organisme aux contraintes et menaces de notre environnement. Ces réactions sont physiques et psychologiques. Elles se font en trois étapes.

Première étape : la phase d’alerte

La réaction de stress met tous nos sens en alerte de façon à ce qu’ils captent l’action des stresseurs et envoient les informations au cerveau. Le cerveau va analyser ces informations et stimuler l’hypothalamus, centre de nos émotions. L’hypothalamus va à son tour stimuler les glandes surrénales qui vont libérer dans notre sang des substances comme, entre autres, la fameuse adrénaline.

Ces substances ont la particularité d’entraîner immédiatement de nombreux et importants changements dans tout notre corps, à différents niveaux : cardio-vasculaires, digestifs, respiratoires, musculaires, cutanés, sanguins.

Notre corps a soudain un apport massif d’oxygène et plus particulièrement le cerveau et les muscles. Ceci va nous permettre de nous préparer instantanément à une action rapide, brutale voire violente : le combat ou la fuite. Tout notre corps est prêt à agir immédiatement.

Notre niveau de vigilance et nos sensations augmentent, nous pouvons mieux comprendre notre environnement et organiser notre façon d’agir.

Deuxième étape : la phase d’endurance

Si le stresseur maintient son action, l’hypothalamus et l’hypophyse vont être stimulés et réveiller la production de glucocorticoïdes par nos glandes surrénales. Ces substances vont permettre à notre organisme de tenir le coup face à l’action prolongée du stresseur.

Ici l’organisme se prépare à endurer. Comme un sportif face à l’effort dû à l’endurance, notre corps va avoir besoin de davantage de sucre. Ce sucre va être produit en abondance et dans la durée grâce à la glycogénèse des protéines sous l’action des glucocorticoïdes.

Troisième étape : phase d’épuisement

Dans la durée, à fonctionner sur le mode du stress, notre corps s’épuise. D’un point de vue psychologique, la phase d’alerte nous met dans un état d’anxiété : c’est ce qu’on appelle le stress aigu.

La phase d’endurance quant à elle va activer progressivement des émotions dépressives : nous allons progressivement nous détacher de la situation et ne plus avoir envie d’agir. Le stress aigu devient stress chronique.

On voit bien que le stress est une formidable capacité d’adaptation de notre organisme face à des stresseurs. Mais cette capacité a ses limites : les conséquences du stress peuvent être fatales.

L'épuisement face au stress

Les conséquences du stress sur notre santé physique et mentale

Si le stress est positif dans la mesure où il traduit notre capacité d’adaptation face au changement (ce qui est le cas notamment de la décharge d’adrénaline en cas de stress aigu, et le sentiment de dépassement de soi qu’elle peut engendrer), il peut vite devenir négatif. C’est le cas quand le stress devient chronique. Il est ici important de distinguer les symptômes qui révèlent une réaction de stress qui s’installe, des pathologies dues au stress chronique.

Des symptômes qui mettent sur la piste du stress chronique

Le stress chronique peut s’installer en très peu de temps, quelques semaines à peine. Aussi est-il important de bien repérer les premiers symptômes. Ces symptômes vont être physiques, émotionnels et intellectuels.

Les symptômes physiques vont être les premiers que vous pouvez ressentir car votre corps réagir très vite, il ne se laisse pas faire. Ils se traduisent par :

  • Des douleurs comme des maux de têtes, de ventre, des douleurs musculaires ou articulaires
  • Des troubles du sommeil comme des difficultés à l’endormissement, des insomnies, des cauchemars
  • Des troubles du système digestif comme des maux d’estomac, de la constipation ou des diarrhées
  • Des troubles de l’appétit avec ou non anorexie ou boulimie
  • Des troubles de la respiration comme des essoufflements ou une sensation d’oppression
  • Des troubles de la transpiration comme un excès de sudation

Les symptômes émotionnels vont donnent un certain aperçu du niveau de votre stress. Vos émotions sont en état d’alerte maximale et vous dépassent. Ces symptômes se traduisent par :

  • Une hypersensibilité
  • Une hypernervosité
  • Une grande tristesse accompagnée parfois de crises de larmes
  • De l’angoisse
  • De l’anxiété
  • De l’excitation

Les symptômes intellectuels vont être plus difficiles à décelés. Ils sont bien souvent et à tort reliés à votre personnalité ou vos compétences. Ils se traduisent par :

  • Un manque de concentration
  • Un manque de motivation
  • Des difficultés à mémoriser
  • Des difficultés à prendre des décisions ou des initiatives

Les pathologies dues au stress

Nous l’avons vu plus haut, après la phase d’endurance, il y a la phase d’épuisement. Cette phase va faire subir à votre corps et votre psychisme des dégâts parfois très importants. Les symptômes se transforment alors en pathologies qui sont souvent irréversibles.

  • Les troubles musculosquelettiques qui touchent principalement les membres supérieurs et le dos
  • Les troubles cardiovasculaires qui sont le résultat d’une forte exigence de productivité combinée à une très faible marge de manœuvre
  • Les troubles du métabolisme (hypertension artérielle, obésité, diabète, cholestérol) dus à la libération trop importante et de façon trop répétée et trop prolongée de l’adrénaline et des glucocorticoïdes
  • L’anxiété et la dépression pouvant aboutir à des idées suicidaires, dues à la pression psychologique, au manque de soutien voire à la perversion de collègues, supérieurs ou de l’institution.

Il arrive souvent que ces conséquences symptomatiques et pathologiques du stress se transforment à leur tour en stresseurs. C’est la boucle infernale. Pour s’en sortir il est important de connaître qui sont à la source du stress, qui sont les stresseurs.

Les stresseurs sont les causes du stress

Deuxième différence entre le stress et les stresseurs : les stresseurs sont les causes du stress

Pour qu’il y ait réaction de stress, il faut qu’il y ait en amont des causes de stress, autrement dit des stresseurs. Ces causes de stress sont multiples et s’additionnent bien souvent : la pression, le changement, les frustrations, mais aussi la relation aux autres, la violence ou l’environnement.

La pression

C’est la première source de stress au travail : la surcharge ! Cette surcharge peut être :

  • un volume ou une quantité de travail trop importants
  • le sentiment de manque de temps, d’une urgence dans le travail
  • une demande de performance, de dépassement constante
  • des interruptions à répétition
  • le déni du droit à l’erreur

Le changement

Si certains changements se font en douceur, d’autres peuvent être violents et rapides sans consultations ni préparation des protagonistes. Ces changements brutaux vont générer du stress qui sera géré en fonction de chacun. Cela peut être :

  • dans l’entreprise, des restructurations organisationnelles, des fusions, des changements de nom
  • la demande de flexibilité
  • la demande de mobilité
  • dans la vie personnelle (mariage, naissance, décès, maladie, divorce)

Les frustrations

Le travail fait souvent appel au système d’effort récompense. Il est régulièrement source de frustrations :

  • un salaire insatisfaisant par rapport aux besoins sans cesse plus importants
  • le manque de reconnaissance
  • une carrière qui n’évolue pas comme vous le souhaitez
  • un investissement émotionnel trop important

Pour résumer, il est vraiment important de bien faire la différence entre le stress et les stresseurs, entre les réactions de stress et les causes de stress, cela vous permettra de mieux comprendre les conséquences et de prévenir le stress en amont.

Savez-vous faire la différence entre le stress et les stresseurs ? Arrivez-vous à identifier les stresseurs qui sont à l’origine de votre stress ? Faites part de votre expérience en commentaire !

Si vous avez aimé cette publication, vous êtes libre de la partager !
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  

Psychanalyste et sophrologue Passionnée de littérature et d'écriture

3 commentaires

  • Nicolas

    Merci Anne-Agelique pour cet article très bien documenté, très crédible. Ta réflexion est très juste et n’oublions pas que le stress est intimement lié à notre instinct de survie… sans lui nous courons de grands dangers

  • astrid de PartageTonBurnOut

    Merci pour cet article qui explique bien la séquence qui s enchaine depuis l état de stress « normal » jusqu’à qu stress chronique et au burn out.

  • esther

    Anne Angelique, bonjour, ton blog est whaouh!, je crois que dans notre vie nous ferons toujours face a des situations de stress: le stress chez les enfants, l’adolescence, les regles douloureuses, le mariage, obtenir un contrat de travail, ou une promotion, le stress pour creer son.entreprise, sinon comment gerer tout cela de maniere a ne pas perturbé son equilibre spycho-moteur? Le mental y est pour beaucoup, au lieu de dire : Adieu monde cruel! On devrait s’armer de courage.Merci Angelique!
    Stp petite precision, sir mon.site web: entre dans Menu tout en haut, puis tu verras quelques videos, et de la tu verras le tirte de mes articles ecrits, sinon clique le lien sur google.

Laisser un commentaire

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livret "Apprendre à identifier ses stresseurs"